CEO : «C’est faux, nous n’avons pas fait de chantage»

 

Très remonté vis-à-vis les dernières déclarations du directeur général du club, Kaddour Benayad, contre sa personne et quelques joueurs, où il les a ouvertement accusés de faire du chantage la veille de la finale de la coupe d'Algérie, le premier responsable de la barre technique de l’USMBA, Si Taher Chérif El-Ouezzani, a juré que les joueurs n’ont rien fait avant ce match et ces derniers ont demandé uniquement leur droit, et tout ce que Benayad a dit ce n’est que mensonges.

 

«Vraiment, j'étais choqué de lire les déclarations du directeur général, où il a déclaré que Benabderrahmen et Toual ont fait du chantage la veille de la finale de la coupe d'Algérie pour réclamer les primes. Alors je vous le jure devant Dieu que je n'ai pas fait ça et tout ce qui a été dit de sa part n’est que mensonges ».

 

«C'est lui qui nous a menti»

CEO nous a dit que Benayad n’a pas tenu sa parole concernant les salaires et les primes. «Concernant toujours l’affaire des primes, Benayad nous a promis de ramener la prime de la qualification plus trois mois de salaire, mais le jour J il est venu avec les mains vides, alors que l'ensemble des joueurs ont demandé leur argent et ils n'ont jamais fait de chantage. Mais après ça ils ont tout oublié en se concentrant uniquement sur leur match».

 

«Je n'arrive pas à comprendre son hypocrisie»

Allant plus loin, l'ancien capitaine des Verts des années 90 nous a dit que Benayad se comporte comme un homme irresponsable. «Je ne le comprends pas, car d'une part, il me dit qu'il a une totale confiance et il veut qu’on travaille ensemble la saison prochaine où j'aurai carte blanche pour le recrutement et pour tracer la feuille de route, et d'autre part, il me tire dessus dans les journaux, c'est vraiment de l'hypocrisie totale».

 

« Est-ce ma récompense d’amener le club à bon port ? »

L'ancien boss du Paradou, sur un ton d’amertume, nous a dit : «Je ne m'attendais pas à ce que de tels propos sortent de la bouche de Benayad, franchement, je suis triste d'entendre cela. Au lieu de me remercier d'avoir remporté la finale de la coupe d'Algérie et d’assurer notre maintien avec beaucoup de difficultés, il vient me traiter de tous les noms. C'est vraiment désolant ».

 

« C'est vrai qu'il manque d'expérience »

Concernant ces dernières déclarations où CEO a dit que la direction manque d'expérience dans ce domaine, chose qui a énervé le directeur général en disant qu'il ne possède pas l'expérience qu'il faut dans le domaine de la magouille et la vente et l'achat des matchs. CEO été unanime en disant que c'est vrai que la direction ne possède pas l'expérience acquise. «Il faut le dire, le mec est à sa première année dans la gestion des grands clubs de Ligue 1 Mobilis, et à chaque fois je me trouve obligé de faire des déclarations à sa place et s’il dit qu'il a de l'expérience alors comment expliquez-vous que l’USMBA ait été victime d'une grande hogra, à commencé de la défalcation de six points, les matchs qu'on a perdus suite à des injustices des arbitres, que ce soit sur notre jardin ou à l'extérieur et la participation à la Coupe arabe. Mais lui il n'a jamais fait une déclaration ou bien une demande au responsable du football algérien, alors je me suis trouvé obligé de faire le travail d'entraîneur et d'administrateur, connaissant la mentalité de nos supporters, qui sont des vrais connaisseurs de football. Mes déclarations étaient pour son bien afin que les fans ne se retournent pas contre lui».

 

« Sauf pour la finale, il n'a fait aucun déplacement avec nous »

Toujours concernant l'attitude du président, l’enfant d’El-Bahia nous a dit que Benayad n'a jamais fait le déplacement avec le club, à l’exception de la finale. «Durant tous les déplacements de cette saison, Benayad n'a jamais fait le moindre voyage avec nous. A chaque fois, il n’y avait que le secrétaire qui représentait l'administration, à l'exception de la finale de la Coupe d'Algérie où il a pris place avec les hautes autorités du pays».

 

«Jamais les joueurs n’ont fait du chantage »

 Pour le point qui a irrité beaucoup l'entraîneur et celui du chantage qu'ils ont fait la veille du match de la finale de la Coupe d'Algérie, CEO nous a juré que lui et les joueurs n'ont rien fait de cela. «Je vous le jure devant Dieu que les joueurs n’ont pas fait de chantage à la veille de la finale, mais ils ont simplement parlé de leur droit, car c'est lui qui leur a promis de venir avec la prime et les salaires. D’ailleurs, vous ne trouverez aucun joueur qui ne veut pas jouer une finale de coupe d'Algérie s'il n'a pas reçu son argent et rien que le fait de participer à cette finale est une motivation de plus, alors qu’il arrête de mentir et de se cacher sur ce point».

 

« Toual, Benabderrahmen et les autres ont sacrifié tout au long de la saison »

Concernant les deux joueurs qu’il a accusés d'avoir fait le chantage, à savoir le portier Othman Toual et le capitaine d’équipe, Farès Benabderrahmane, l'entraîneur nous a dit que ces derniers ont fait du grand travail lors de cette saison. «Je ne comprends pas pourquoi Benayad a accusé Toual et Benabderrahmane d’avoir fait du chantage, car si vous saviez les sacrifices qu'ils ont fait tout au long de cette saison pour permettre au train du club d’être dans les bons rails, vous les comprendriez, et maintenant il les accuse à tort. C’est grave».

 

« Le club me doit encore sept mois de salaire et un avenant »

Côté finances, le coach nous a affirmé que le club lui doit encore des salaires de la saison dernière et de cette saison, mais il n'a rien reçu pour l'instant. «Comme tous les joueurs, le club me doit un mois de dette de la saison dernière et six mois de cette saison, en plus d'un avenant signé avec l'ancien président Bensnada, et même Benayad l’a approuvé en me disant qu'il va me payer de son propre argent. Mais jusqu'à l'heure où je vous parle, je n'ai reçu aucun sou, malgré cela j'ai préféré garder le silence».

 

« Il veut me faire sortir de la petite porte, mais il se trompe »

 Allant plus loin, l’ex-milieu défensif des Verts nous a dit que Benayad veut tout faire pour le faire sortir par la petite porte et salir son image devant l’opinion publique. «Je sais bien ce qu'il a derrière la tête, Benayad veux salir mon image devant les Scorpions et me faire sortir par la petite porte de l’USMBA. D'ailleurs, ce n'est pas de cette façon qu'on procède. Si je dérange sa politique et que mon travail ne lui plaît pas, il n’a qu'à me payer mes salaires et me laisser partir et au revoir et merci. Mais me faire salir devant l'opinion publique et surtout nos fans, pour qui j’ai beaucoup d’estime, il se trompe».

 

« En deux ans, quatrième place, remporter la finale de la coupe d’Algérie, six joueurs en équipe nationale, il veut quoi de plus ? »

Concernant son travail, le coach nous a dit qu'il avait un objectif avec l’USMBA, et pour lui il l’a atteint. «Dès mon arrivée à Sidi Bel-Abbès, j'avais un projet sportif à atteindre et Dieu merci je l'ai réalisé en commençant par bâtir une équipe capable de jouer le haut du tableau, où la saison dernière on a pris la quatrième place et en demi-finale de la coupe d'Algérie et cette saison on a récolté également 42 points et remporté la coupe d'Algérie, sans oublier Balegh, Sidhoum, Cherifi de la saison dernière et Tabti, Zouari et Bouguelmouna, cette saison, qui ont été convoqués en équipe nationale, alors que demander de plus ? ».

 

« Il a vite oublié le sacrifice des joueurs »

Concernant toujours les joueurs, le coach était choqué de lire que le président a déclaré que les jeunes joueurs ont assuré le maintien, oubliant tous les sacrifices des autres joueurs. «Ce qui prouve qu'il n'a pas de sagesse dans ses déclarations, c'est quand il a dit que les jeunes joueurs qui ont joué le match de championnat contre le Mouloudia d'Alger les ont battus avec un score de deux buts à un, et que c'est eux qui ont assuré le maintien du club en Ligue 1 Mobilis. Ceci est illogique, car l'ensemble des autres joueurs, qui ont été laissés au repos lors de ce match, ont récolté 39 points. Mais pour lui il suffit d'un match gagné par les joueurs remplaçants et soi-disant enfants du club, pour assurer le maintien, comme si les autres joueurs n’avaient rien fait. C'est désolant ».

 

« Personne ne m'a félicité après la finale »

Pour conclure, Si Taher s’est penché sur l’attitude des dirigeants après la finale de la coupe d’Algérie, où personne ne s’est dirigé vers lui pour le remercier. «Chose qui prouve que les dirigeants actuels sont ingrats. C’est ce qui s'est passé après la fin de la finale de la Coupe d'Algérie, où personne ne s’est dirigé vers moi pour me féliciter ou bien me remercier, alors j'ai su que ces gens-là ne me portent pas dans leur cœur ».

Dj. A.

Tags:

Classement