Courbis : «La responsabilité incombe à tout le monde»

 Après la défaite enregistrée par les Verts face à la Tunisie avant-hier, on a joint hier au téléphone Rolland Courbis pour nous parler de cette partie. Dés qu’il a répondu, il nous a directement dit : «J’ai vu le match de l’Algérie.» Le coach passé par Marseille et Rennes fait son analyse des deux premières rencontres de l’EN et pointe les lacunes de l’équipe qui ont fait qu’elle se retrouve aux portes de l’élimination. N’accablant pas la défense, notre interlocuteur pense que tout le monde partage la responsabilité de ce qui se passe. De plus, il assure qu’il faudra absolument gagner la dernière rencontre face au Sénégal même si au bout, il y aura une élimination. Il pense notamment à la suite des évènements et aux éliminatoires de la coupe du monde à négocier après la fin de la compétition africaine. Entretien.

 

Qu’avez-vous pensé des deux rencontres de l’équipe nationale algérienne ?

Le premier match de l’équipe d’Algérie a été plus compliqué que prévu. Je parle notamment de la première mi-temps qui a été ratée puisque l’équipe n’a pas offert le visage attendu. Ensuite, en deuxième mi-temps, ça a été beaucoup mieux avec une meilleure prestation et des buts. Disons que je pensais que l’Algérie allait rectifier le tir lors du second match. Malheureusement, sur la deuxième rencontre, le tir n’a pas été rectifié et finalement, tout comme le premier match, l’Algérie a raté sa 2e sortie. Au final, ce sont 3 mi-temps sur 4 qui sont ratées pour les Verts et il faudra maintenant les corriger.

 

Qu’est-ce qui n’a pas marché au cours de cette rencontre face à la Tunisie ?

Je pense que c’est un peu tout. On met l’accent uniquement sur les deux buts encaissés qui auraient pu être évités. Oui, peut-être. Cependant, la solidité d’une équipe ce n’est pas seulement le gardien et les 4 défenseurs. La solidité d’une équipe c’est de l’attaquant le plus en pointe jusqu’au dernier défenseur. Sur le plan offensif, c’est également la même chose. En attaque, les 4 joueurs offensifs ne sont pas seuls. Un exemple. Les premières passes de derrière et la relance sont très importantes pour la construction d’une attaque. Là, sur ce match, j’ai trouvé que c’était tout juste moyen. Ce qui est regrettable, c’est que s’il y a une équipe de football qui est au maximum de ses possibilités et qui a un niveau moyen, très moyen, d’accord, on ne peut pas faire mieux. Ce qui est regrettable c’est qu’on peut penser sans risque de se tromper que l’équipe d’Algérie a la possibilité de faire beaucoup mieux. C’est ça qui est le plus décevant et le plus triste dans tout cela.

On encaisse deux buts sur deux erreurs individuelles quand-même…

Je trouve les 4 défenseurs alignés très bons individuellement. Cependant, dans le reste de l’organisation, je trouve leur position un peu trop basse par rapport au potentiel offensif qu’il y a sur le terrain. Pratiquement l’Algérie à une certaine partie du match joue en 4-2-4. C’est quand même très compliqué. Il y a beaucoup d’espaces entre les lignes. Après les 4 défenseurs ont un boulot très compliqué à faire. Ce n’est pas en mettant la responsabilité sur deux joueurs et qu’on oublie les 9 autres que ça va avancer. La responsabilité elle est individuelle, collective et de tout le monde. Ça, Georges est suffisamment expérimenté pour connaitre ce qui se passe.

 

Le coach a été longuement critiqué pour ses choix. Quel est votre avis ?

Non, par correction et par politesse, je n’ai rien à dire des choix de votre sélectionneur. En plus, c’est très facile de critiquer après. Je réponds avec beaucoup de tristesse et de déception. Je ne peux rien dire sur le sélectionneur en place du moment qu’à un certain moment donné, il a été question que je sois sélectionneur de l’Algérie. Je ne peux donc pas parler du coach en place qui a enregistré deux mauvais résultats lors des deux premiers matchs de la CAN.

Cette équipe a-t-elle atteint le maximum de ses possibilités ?

Sincèrement, non, je ne pense pas. Il y a en ce moment 25 à 30 joueurs de très grande qualité et de très bon niveau. Certains de très haut niveau. Quel que soit l’organisation, je pense qu’il y a une ossature de 7 à 8 joueurs très intéressants. Il y a aussi une dizaine de joueurs qui peuvent jouer aux 3, 4 places qui manquent. Après, trouver la bonne organisation ou les deux bonnes pour pouvoir changer en cours de match. Je ne fais que le rappeler. Je parle notamment de cette génération qui a des profils de joueurs qui permettent de jouer avec deux organisations différentes sur un match. C’est pour ça que les bons joueurs et les très bons joueurs de cette équipe connaissent les différentes organisations pour pouvoir poser le plus de problème possible aux adversaires.

 

Que pouvez-vous nous dire sur Brahimi que beaucoup de techniciens voient meilleur à gauche ?

Je pense que Brahimi est un joueur suffisamment talentueux pour jouer à gauche et au centre. Je crois aussi qu’on a passé l’époque où les joueurs jouent soit à gauche soit à droite. On peut très bien perturber l’adversaire en permutant en cours de match et Brahimi peut faire ça. Je ne vois pas l’utilité de laisser un joueur figé sur un côté au cours d’une partie alors qu’il peut créer le déséquilibre chez l’adversaire. Cela vaut aussi pour un joueur comme Mahrez.

 

C'est-à-dire…

Avec Brahimi, ce sont des joueurs qui ont le talent qu’il faut pour permuter au cours d’un match et de mener le danger dans le camp adverse. Que ce soit pour jouer à gauche, à droite. C’est dommage d’avoir une organisation figée et dire que celui-ci est mieux à droite ou l’autre est mieux lorsqu’il joue à gauche. Les permutations sont très importantes dans un match et peuvent donner de très bonnes indications pour faire tourner les choses à l’avantage de l’équipe.

 

L’EN peut espérer se qualifier si elle gagne et que le Zimbabwe batte la Tunisie…

Déjà, je pense que le bon calcul que doit faire l’Algérie aujourd’hui, c’est de sortir de la CAN en battant le Sénégal pour justement démontrer qu’il y a eu 3 mi-temps ratées sur les deux premiers matchs. Alors, je pense qu’il faut en réussir deux face au Sénégal. Après, le résultat, s’il y a un miracle et que le Zimbabwe batte la Tunisie, chose qui me semble très compliquée, mais en football, il y a des surprises. Quelque soit le résultat de Tunisie – Zimbabwe, il faudra impérativement sortir un gros match face au Sénégal. A ce moment-là, il faudra tirer les enseignements de ce qui n’a pas marché pour que justement, il y ait une petite chance encore pour se qualifier en coupe du monde. Deux matchs face à la Zambie, le match face au Cameroun et le dernier face au Nigéria. Pour entretenir cet espoir, il faudra faire un très gros match face au Sénégal et après, on pourra dire que les trois mi-temps sur quatre ont été ratées par accident. Mais si contre le Sénégal il y a encore deux mauvaises mi-temps, ne m’appelez pas, je ne saurai pas quoi vous dire.

 

Au cours du match face à la Tunisie, Meftah et Bensebaini que vous connaissez bien étaient titulaires. Qu’avez-vous pensé de leur prestation ?

Non, ça va. Je pense qu’ils ont fait une bonne partie. Après, il y a de la place pour qu’ils fassent mieux. C’est le cas de tous les joueurs de l’Algérie d’ailleurs. Cette équipe, c’est difficile pour moi. C’est tellement évident qu’elle peut faire mieux, individuellement et collectivement. On passera tous les joueurs au crible et on trouvera que chacun peut faire mieux, beaucoup mieux. Maintenant, il faut trouver la bonne formule pour qu’ils puissent faire mieux durant ce match contre le Sénégal. Comme je l’ai dit, peu importe ce qui se passera et le résultat qui va en découler, il faudra absolument sortir un très gros match face au Sénégal.

I. Z.

«Brahimi et Mahrez peuvent permuter»

«L’Algérie doit impérativement battre le Sénégal»

«peu de chances que le Zimbabwe batte la Tunisie»

«La solidité de l’équipe, c’est de l’attaquant au dernier défenseur»

 

 

Classement