Serrar : «L’axe central des Verts m’inquiète vraiment»

La défense des Verts ne rassure point à quelques jours du début de la Coupe d’Afrique des nations au Gabon. Abdelhakim Serrar, l’ancien défenseur central international de l’ES Sétif, livre son avis d’expert sur la question.

 

En tant qu’ancien défenseur international, que vous inspire la défense centrale des Verts ?

C’est un secteur qui m’inquiète vraiment. Jadis, ce n’est pas pour rien qu’on utilisait le terme de charnière centrale, c’est justement parce qu’on mesurait l’importance de ce secteur. Il était primordial de trouver une complémentarité entre le libero et le stoppeur, comme on le disait dans l’ancienne appellation. Aujourd’hui, je note une défaillance terrible au niveau de l’axe central de la défense algérienne. On n’a pas encore vu à l’œuvre Benyahia, mais je peux dire que Belkaroui et Mandi constituent une vraie source d’inquiétude.

 

Quelle serait donc la paire la moins mauvaise à qui faire confiance au Gabon ?

Personnellement, j’opterais pour le duo Bensebaïni-Benyahia, mais je me soucierai de les renforcer avec un milieu de terrain très fourni en milieux récupérateurs. Moi, j’alignerais volontiers trois éléments à vocation défensive au milieu pour pouvoir protéger un petit peu notre arrière-garde. Il ne faut pas perdre de vue que dans le football moderne, c’est le côté défensif qui prime. Après, on gagne grâce à de petits détails, des balles arrêtées...

 

Trois récupérateurs, n’est-ce pas trop ?

Le problème, c’est que nous avons une grosse lacune en défense, on doit la combler pour se protéger. On ne peut pas faire autrement.

 

Ce serait difficile ensuite pour animer le secteur offensif, non ?

On a une attaque qui peut franchir n’importe quelle défense. On joue avec trois attaquants, deux excentrés et une pointe, on créera le surnombre avec leur rapidité. Actuellement, le meilleur dispositif tactique pour l’Algérie est d’être en attente de l’adversaire. On ne peut pas jouer en attaques placées, en faisant le jeu, on risquerait de se dégarnir derrière et fragiliser davantage la défense centrale, ce serait fatal pour nous.

 

Optimiste ou pessimiste, finalement ?

En tant qu’Algérien, je le suis et je dois l’être. Mais en tant qu’ancien joueur et un petit peu connaisseur du football, j’émets des réserves. J’attends de voir les trois premiers matches pour me faire une idée précise. Dans un groupe avec le Zimbabwe, le Sénégal et la Tunisie, nous avons le devoir de passer le premier tour. Mais ce ne sera pas une sinécure. Il est toujours difficile de jouer un derby maghrébin, il s’gira donc de ne pas attendre le troisième match pour jouer la qualification.

 

Quel est votre favori pour remporter le tournoi ?

En tant qu’Algérien, je miserai toujours sur mon pays. Mais l’ancien footballeur que je suis me dit de mettre en valeur le Ghana. Même si ce pays a mal entamé les éliminatoires de la Coupe du monde 2018, il faudra l’attendre lors de cette CAN.

H. D.

 

1re édition de la Coupe Djamila

La première édition de la Coupe Djamila, réservée aux structures universitaires féminines de football et de handball, débutera vendredi à la salle OMS d'El-Biar, à l'occasion de la commémoration du double 60e anniversaire de la bataille d'Alger et de la grève des 8 jours, a indiqué lundi le président du CSA/Olympique sportif des étudiants universitaires, initiateur de l'évènement. «A travers cette manifestation, nous voulons rendre hommage aux héroïnes de la bataille d'Alger (7 janvier 1957), en l'occurrence Djamila Bouazza, Djamila Boupacha, Djamila Bouhired et Djamila Amrane», a fait savoir le président du CSA/Olympique sportif des étudiants universitaires, Ali Rafa.

 

Mondial 2026 : la Fifa passe à 48 équipes

La Fifa a adopté mardi "à l'unanimité" le passage à 48 équipes dès la Coupe du monde 2026 avec une première phase de 16 groupes de 3 équipes, a annoncé mardi l'instance sur son compte Twitter. Le Conseil de la Fifa, gouvernement du football mondial, a ainsi adopté la proposition défendue par le président Gianni Infantino, qui selon lui, accroîtra l'intérêt sportif du Mondial et les retombées financières. A la suite de cette décision, le quota du continent africain passerait de 5 à 9 places. Pour le moment, aucune précision officielle n'a encore été donnée sur la question cruciale de la répartition des places supplémentaires entre chaque confédération, mais cette source a indiqué que "l'Europe passerait à 16 places (contre 13 actuellement) et l'Afrique à 9 (contre 5 maintenant)".

 

 

Tags:

Classement