EN: Malaise à Sidi Moussa

Publié le :
  • Agmenter la police
  • Diminuer la police
  • Rétablir la police
  • Partager sur :
  • Recommander sur :

Bizarre, c’est le mot qui convient le mieux pour décrire l’ambiance à Sidi Moussa. L’éviction de Feghouli et Medjani a choqué tout le groupe. Depuis leur arrivée à Alger, les joueurs ne parlent que de ça…

EN: Malaise à Sidi Moussa

Feghouli et Medjani écartés 

Brahimi, Mahrez, Guedioura et Slimani absents

 

 

La mise à l’écart de Sofiane Feghouli et de Carl Medjani a laissé un vide qu’on ne peut combler chez les Verts. L’absence de Mahrez, Slimani, Brahimi et Guedioura n’a fait qu’alimenter encore plus l’inquiétude des joueurs, surtout les anciens, habitués depuis quelques années à des visages «familiers» et à une routine et des habitudes liées directement à ces éléments indissociables de la famille de l’équipe nationale. Même s’ils ne le disent pas publiquement pour des raisons évidentes, tous, sans exception, vivent une situation nouvelle qui leur a été imposée par la FAF, à laquelle ils devront s’y habituer, même  s’ils ne la souhaitaient pas vraiment.

 

Une nouvelle équipe, un nouveau visage de l’EN

Un employé de Sidi Moussa nous a dit hier une phrase innocente et simple, mais ô combien pleine de sens. «Quand je les vois passer, j’ai l’impression que ce n’est pas l’équipe nationale d’Algérie…On dirait les olympiques, ou un stage des joueurs locaux ! Ce n’est qu’en voyant Mbolhi, Mesbah, Mandi ou Bentaleb que je m’aperçois qu’il s’agit bel et bien de notre sélection», nous lancera-t-il. C’est pour dire combien cette situation peut être pesante pour les joueurs et pour le groupe de manière générale. Orphelins de leurs frères d’armes, ceux qui restent du noyau de l’EN sont angoissés à un tel point que cela s’est répercuté sur le staff technique.

 

Mesbah a tout compris

Dans une déclaration à l’ENTV, Djamel Mesbah, l’un des plus capés des joueurs sélectionnés, a glissé une phrase qui en dit long sur la situation actuelle de la sélection. Elle confirme même que le groupe qu’on a jusque-là connu n’existe plus et qu’il s’agit là d’un nouveau qu’il faudra reconstruire. «On va essayer de construire un groupe», dira-t-il. Djamel Mesbah n’est pas n’importe qui. Il connaît cette équipe mieux que quiconque. Si quelques heures après son arrivée il a remarqué que les choses ont changé depuis sa dernière sélection, c’est que la situation est vraiment angoissante.

 

Les tentatives désespérées de Bougherra

Nos yeux à Sidi Moussa ont remarqué lors de ce stage la formidable l’implication de Bougherra. Plus près des joueurs que de Leekens, il essaye, comme ce fut le cas lorsqu’il était joueur, de combler le vide laissé par Medjani et Feghouli…sans oublier les Anglais, sans succès. Même Mansouri s’y est mis, mais comme nous l’a dit Moussa Saïb lors de l’entretien qu’il nous accordé hier : personne ne peut remplacer ces deux joueurs, même pas Bougherra ou Mansouri ! » L’ancien capitaine des Verts sait de quoi il parle.

 

A-t-on brisé «la famille» ?    

Ce qu’on craint le plus, c’est que cette décision qu’on pense injuste brise le lien, brise la famille, casse le groupe à quelques jours seulement de la CAN. Beaucoup font le lien entre cette décision et celle prise par Vahid il y a 4 ans qui avait écarté Ziani, Yebda, Belhadj et beaucoup d’autres cadres. Sauf que le Bosniaque avait trouvé l’EN vieillissante, le groupe brisé, sans aucune volonté ou soif de victoires et de succès.  Tout refaire à zéro était inéluctable. Ce n’est pas le cas de Georges Leekens à qui l’Algérie a offert une génération en or capable de réaliser des choses inimaginables et il a laissé la FAF décider à sa place et casser tout ce qui a été réalisé depuis 2012.

Personne n’a compris pour Medjani

Selon nos sources, certains joueurs, et pas des moindres, sont allés sur le net pour calculer et comparer le temps de jeu de Medjani avec ceux de Belkaroui, Bensebaïni et Cadamuro. Choqués par le résultat trouvé, certains ont carrément montré leur dégoût et leur incompréhension face à cette injustice à l’égart de leur capitaine. Il y aurait même certains qui ont pris leur téléphone pour lui montrer leur solidarité dans ces moments pénibles…Bien sûr, ceci se passe en interne loin des nombreux yeux du président, mais dans les chambres, on ne parle que de ça.

 

«Un jour, notre tour viendra»

Comme on l’a toujours dit, ce n’est pas la non-convocation de Feghouli qui fait mal, mais la manière et les raisons. Il faut dire que dans le poste de Soso, l’Algérie est bien garnis, néanmoins, certains joueurs, notamment les plus anciens d’entre eux n’ont pas trop aimé la manière avec laquelle on a éjecté ce joueur. Les joueurs savent qui et pourquoi Sofiane a été écarté et le moins que l’ont puisse dire c’est que cela ne les rassure pas du tout. Quel exemple a-t-on donné à ces jeunes ? Qui peut leur assurer qu’ils ne vivront pas cela dans un avenir proche ? D’abord Ziani et Belhadj et aujourd’hui Feghouli et Medjani, demain, ce sera Bentaleb, Mahrez ou Slimani…et le sabotage continue…mais bon ça ira mieux lorsque les Anglais et Brahimi seront là.

A. M.