Abdouche : «L’USMA paie le rajeunissement brutal de l’équipe»

Publié le :
  • Agmenter la police
  • Diminuer la police
  • Rétablir la police
  • Partager sur :
  • Recommander sur :

Comme tous les Usmistes, Réda Abdouche est peiné par l’élimination des Rouge et Noir en Coupe d’Algérie. Il nous explique pourquoi l’équipe est moins conquérante que la saison écoulée.

Abdouche : «L’USMA paie le rajeunissement brutal de l’équipe»

En tant qu’ancien Usmiste, ayant une grande histoire avec la coupe d’Algérie, l’élimination de l’USMA contre l’USMBA vous a sans doute touché, non ?

C’est effectivement le cas, d’autant que l’USMA avait un bail avec la coupe d’Algérie depuis l’Indépendance. Voir les Rouge et Noir éliminés dès les premiers tours, c’est tout de même quelque chose d’inquiétant.

En plus, l’élimination a été enregistrée sur la terre de votre premier succès dans l’épreuve populaire…

Oui, c’est arrivé à Bel-Abbès, dans la ville où, en 1981, l’USMA avait soulevé son premier trophée en coupe d’Algérie, après en avoir perdu sept. J’étais présent sur le terrain. Des moments inoubliables.

Au vu de ce que l’équipe a montré, mérite-t-elle de sortir aussi tôt ?

Quand on ne gagne pas, c’est souvent mérité. Le rendement de l’équipe était moyen. Même s’il y a eu des occasions de but, ce n’était pas suffisant. A part quelques-uns, dont Zemmamouche, les joueurs n’ont pas été à la hauteur des espérances.

A quoi attribuez-vous le léger recul de l’équipe par rapport à l’exercice passé ?

On ne peut pas rajeunir une équipe sans en subir le contrecoup. Je suis bien placé pour le savoir. De mon temps, chaque fois qu’on a rajeuni l’effectif rapidement, d’une manière non étudiée, on en a toujours payé les pots cassés. Il nous est même arrivé de rétrograder en seconde division à cause de ça. Une équipe doit être équilibrée, il faut allier jeunesse et expérience. Ce n’est pas le cas de l’équipe actuelle de l’USMA.

En plus clair ?

Cette saison, les joueurs d’expérience existent uniquement au niveau de la défense, bien souvent le poids des matches repose sur ce secteur. Au final, l’équipe ne parvient pas à gérer ses rencontres, elle n’arrive pas à poser le ballon et à le garder. Notre défense n’étant pas infaillible, elle prend donc des buts de temps à autre. C’est ça qui nous fait perdre des matches un peu importants. C’est un peu inquiétant. Dans tous les championnats du monde, on voit que les équipes du haut du tableau ont des joueurs d’expérience dans chaque compartiment de jeu. L’USMA n’a pas les gens de métier au milieu et devant.

En somme, l’USMA souffre du rajeunissement de son équipe ?

Oui, on fait les frais du rajeunissement brutal de l’équipe. Avant, on avait des joueurs qui avaient le vice, le métier qui faisaient la différence sur le terrain, à l’image de Ziaya, Gasmi et Bouchema. On ne remplace pas d’un coup de tels éléments chevronnés, même si ceux qui les ont remplacés ont des qualités. Le métier vient avec l’âge, il lui faut un répit sportif. L’USMA a une équipe d’avenir, qui s’affirmera dans une année ou deux. Mais elle ne sera pas prête cette saison. Non, pas tout de suite.

H. D.