Algérie-Bénin : Brésil 2014 se joue mardi soir

Publié le : par : Mohamed Bouguerra
  • Agmenter la police
  • Diminuer la police
  • Rétablir la police
  • Partager sur :
  • Recommander sur :

Contrairement à ce que la configuration que cette phase de poule de ces éliminatoires de la Coupe du monde 2014 nous laisse penser, ce match Algérie-Bénin de mardi soir sera plus un match à élimination directe, qu’un match comptant pour la troisième journée de ce mini-championnat que représente cette poule H.

Algérie-Bénin : Brésil 2014 se joue mardi soir

Car le fait que les Fennecs affrontent deux fois consécutivement les Ecureuils du Bénin, leader actuel du groupe, une 1re fois à Blida et la 2e à Cotonou, lors de la prochaine journée, a transformé de fait le match de mardi soir en demi-finale de ces éliminatoires de la Coupe du monde Brésil 2014, pour connaître l’équipe qui aura l’insigne honneur d’affronter le Mali en finale de cette poule. Le Mali avec lequel les Verts engageront dès ce soir un duel à distance où il faudra engranger le maximum de points pour rester «vivant» dans cette poule.

Un match de coupe attend les Verts

Car ne nous trompons pas, ce match Algérie-Bénin, contrairement à ce que les statistiques démontrent, sera loin d’être une promenade de santé pour les protégés de coach Vahid. Tout simplement parce que les apparences peuvent être trompeuses et que le Bénin n’est ni plus ni moins que l’actuel leader de ce groupe H. Et que malgré cette première place des Ecureuils à l’issue des deux premières journées, la pression sera sur les Algériens qui sont, à l’instar des Maliens, des candidats déclarés à la « qualif » pour le Mondial brésilien. De plus, le fait que ce match aller se joue à Blida, et qu’il faudra voyager à Cotonou, la capitale béninoise la prochaine journée, a transformé ce match en match de coupe en aller-retour. Et comme le Bénin est l’actuel leader surprise de cette poule et que ses objectifs et ses ambitions sont montés d’un cran, et que l’Algérie est officiellement candidat à la première place de ce groupe, nous pouvons dire sans flagornerie aucune qu’il s’agit d’une demi-finale de la poule qui ne dit pas son nom, qui ressemblera à s’y méprendre, par ses enjeux et par son intensité, à une demi-finale de Ligue des champions. Le but étant de connaître, à l’issue des deux matchs, et en faisant le bilan comptable, qui aura l’insigne honneur, de disputer  en finale, la première place, aux Aigles du Mali, qu’on imagine mal, après la CAN qu’ils viennent de disputer, se manquer face aux modestes Guêpes rwandaises.

La demi-finale aller

Manuel Amoros, le sélectionneur, son staff, ses joueurs et les autorités du Bénin ont compris toute l’importance que revêt le match de mardi soir à Tchaker. Il n’y qu’à voir les déclarations, les moyens mis en place et le huis clos décrété à Aix-en- Provence, le lieu de regroupement des Ecureuils où rien ne filtre. Du côté algérien, nous avons fait le même constat que les Béninois. Du président de la FAF, aux joueurs en passant par Vahid Halilhodzic bien sûr, on a bien compris  qu’il fallait absolument bien négocier ce match Algérie-Bénin, et bien le négocier cela signifie bien sûr remporter les trois points de la victoire, pour débarquer en force et avec le plein de confiance à Cotonou, lors de la prochaine journée et bien sûr rester placé dans ce mini-championnat qui les opposera aux Aigles du Mali, en attendant la confrontation finale, Algérie-Mali, qui déterminera, sauf faux pas d’une des deux équipes au profit du Bénin, le vainqueur de ce groupe H. C’est dès mardi soir que se jouera la Coupe du monde 2014 pour les Verts qui, rappelons-le, n’ont plus droit à l’erreur.

Vahid et ses joueurs n’ont plus le droit à l’erreur

Car n’oublions pas qu’après le faux pas d’Ouagadougou et cette défaite des Verts face au Mali (2-1), alors qu’ils menaient à la marque, les protégés de coach Vahid ont déjà hypothéqué le seul joker dont ils disposaient dans cette phase de poule éliminatoire. Le seul petit avantage qu’ils avaient sur le Mali, qui avait perdu face au Bénin lors de la première journée. Les Fennecs devront vite oublier leur CAN ratée et faire repartir la « machine à gagner » qu’ils avaient au mois de juin dernier, pour se défaire d’une adversaire, le Bénin, toujours difficile à jouer. Et ce n’est pas le Mali, et d’autres grosses cylindrées du football africain, piégés par les Ecureuils, qui diront le contraire. Vahid Halilhodzic devra trouver la bonne tactique pour affronter les Ecureuils. La bonne tactique, cela signifiera pour lui le système de jeu qui lui permettra d’utiliser de manière optimum les joueurs dont il dispose, pour que les trois compartiments de jeu à savoir la défense, le milieu et l’attaque soient au top, pour permettre d’aller vers l’avant, de marquer des buts et de récupérer les trois points en soignant, si possible, le goal-average. Vahid Halilhodzic a toujours été ambitieux et tourné vers l’offensive, face au Bénin, il faudra jouer le coup à fond et ne faire aucun calcul.

Un duel à distance avec le Mali en attendant l’affrontement final

Pendant que l’Algérie sera occupé à se sortir du bourbier béninois, l’autre prétendant à la première place de la poule, devenu, après la CAN ratée des Verts et sa demi-finale en Afrique du Sud, sera opposé au dernier du groupe, le Rwanda. L’objectif des Aigles sera le même que celui des Fennecs, accumuler le maximum de points et de confiance pour «l’affrontement final», face à l’Algérie, en septembre prochain à Blida. Le Mali tout comme l’Algérie est conscient que le moindre faux pas peut coûter très cher à ce niveau de la compétition.

M. B.