des milliers de Chnaoua en sit-in à El-Kettani
des milliers de Chnaoua en sit-in à El-Kettani

Publié le :
  • Agmenter la police
  • Diminuer la police
  • Rétablir la police
  • Partager sur :
  • Recommander sur :

En joignant l’acte à la parole, le président emblématique du Mouloudia d’Alger, Abdelkader Drif, n’a pas raté le sit-in. Malgré son âge et sa santé, il était à Bab El-Oued à 17h30 pour montrer que tous les Mouloudéens veulent le changement.

des milliers de Chnaoua en sit-in  à El-Kettani
 16h15 : Compétition  trouve une centaine de fans sur place
Pour couvrir le sit-in qu’avait programmé le peuple du Mouloudia d’Alger prévu hier à17h, Competition arrive à 16h15 sur place. On pouvait compter une centaine de fans déjà arrivés.

Service d’ordre impressionnant 
Ce qui a attiré notre attention, dès notre arrivée, c’est le service d’ordre sur place. Il était impressionnant. Les forces de l’ordre présentes pour assurer qu’il n’y ait aucun dépassement.
16h20 : Aouf, Djazouli et Djaout arrivent
Cinq minutes après notre arrivée, on aperçoit certaines grandes figures du Mouloudia d’Alger. Comme prévu, Aouf, Djazouli et Djaout étaient au RDV.
16h30 : 600 personnes à El-Kittani
Dix minutes après la venue d’Aouf, Djazouli et Djaout, les supporters ont doublé, puis triplé jusqu’à atteindre 600 personnes environ. Les Chnaoua avaient rendez-vous avec leur histoire et ils étaient comme d’habitude au RDV.

16h50 : plus de 1000 à Bab El-Oued
A dix minutes de 17h, heure fixée pour le sit-in, on pouvait apercevoir plus de mille fans présents à El-Kitani. Fumigènes allumés, sur les banderoles, on pouvait lire : «Omar ! Dégage.» Les Chnaoua étaient bien présents, dans le calme, pour confirmer à tout le monde que ce peuple a décidé de changer et il ne s’arrêtera pas jusqu’à qu’il obtienne gain de cause, à savoir le départ de Ghrib une fois pour toutes.

Laghouat, Ouargla, Aïn Ouessara, Blida et Boufarik,les Chnaoua sont venus de partout
Dans la foulée, on a eu une discussion avec un supporter qui est venu d’Aïn Ouessara et qui a pour nom Mohamed Semrani qui nous a dit : «Je suis arrivé hier pour assister au sit-in avec mes frères. Je ne pouvais tourner le dos à l’appel du cœur. C’est honteux que le MCA soit géré par Omar Ghrib et on est là pour dénoncer cela.» Il y avait des gens qui sont venus de Laghouat, Ouargla, Aïn Ouessara, Blida et Boufarik… Les Chnaoua sont venus de partout pour montrer à Omar Ghrib que ce n’est pas une frange qui est pour son départ, mais c’est tout le peuple du MCA.
17h10 : Zenir arrive
Dix minutes après le coup d’envoi du sit-in, on aperçoit Abdelwahab Zenir arriver. Les présents étaient très heureux de le rencontrer. Zenir, avant d’être joueur, est d’abord un fervent fan du MCA qui ne veut pas voir le MCA géré par des incompétents tels que Ghrib.
17h25 : plus de 3000 fans
Juste après la prière d’El-Asr, le chiffre de 1000 a triplé. Plus de 3000 fans présents à Bab El-Oued. Des supporters de tout âge. Les vieux du Mouloudia aussi veulent le changement. Pas comme s’obstine à le faire circuler Ghrib en déclarant à tout le monde que seuls les facebookers sont contre lui. 

17h26 : les anciens joueurs et les dirigeants présents contre Ghrib
Dans la foule, on voyait Oudina, Ferhi, Kab, Dahmouche, Betrouni, Bachi, Bellemou, Laâzizi, Sid-Ali Aouf et Bachta. Tout ce beau monde est venu crier à la délivrance d’un club otage de Ghrib et compagnie. 
 
Zinou Lezoum (ancien gardien) présent
Dans la foule, on a rencontré l’ancien gardien de but du Mouloudia d’Alger, à savoir Zinou Lezoum. Il était présent, car il ne pouvait pas tourner le dos à l’appel du cœur, comme les milliers de présents qui réclament le changement.  
La presse en force
Pour le sit-in d’hier, la presse était en force pour couvrir l’événement.

17h30 : Drif arrive sous une pluie d’applaudissements
En joignant l’acte à la parole, le président emblématique du Mouloudia d’Alger, Abdelkader Drif, n’a pas raté le sit-in. Malgré son âge et sa santé, il était à Bab El-Oued à 17h30 pour montrer que tous les Mouloudéens veulent le changement. Il a été accueilli par une pluie d’applaudissements, car le peuple du doyen des clubs algériens lui voue que respect et amour pour tout ce qu’il a donné au Mouloudia d’Alger et tout ce qu’il est en train de donner encore. Alors M. Ghrib, qu’est-ce que vous en dites ? 
Les quartiers d’Alger en force
Plusieurs banderoles étaient accrochées. Chaque quartier voulait se démarquer et montrer qu’il est là. Chaque quartier s’est présenté avec des banderoles. Comme par exemple : Télemly, Bab El-Oued, Salembier,… Tous reprennent la même phrase : «Omar ! Dégage.»
17h45 : plus de 5000 Chnaoua yourid iskat Omar Ghrib 
A 17h45, la placette affichait complet. Plus de 5000 supporters étaient au rendez-vous. Leur message était clair. Dans l’une des banderoles, on pouvait lire : «Avant de tuer le MCA, tuez-nous» ou encore ce que scandaient les présents : «Aya Drif aya Drif, El Chenoui rahou y3ani.»
18h : le peuple du MCA en direction des Trois-Horloges
Le peuple du Mouloudia est en colère. Très irrité de voir où se trouve le Doyen des clubs algériens. Très en colère de voir ce Ghrib s’appropriant le Mouloudia d’Alger. Une marche a été décidée sur place en direction des Trois-Horloges, car la placette était remplie.                                 M. A. Z.

Zenir : «Omar, on ne te lâchera pas»
«On ne lâchera jamais jusqu’à qu’il parte. S’il le faut, on organisera chaque jour un sit-in, on le fera. Ghrib n’a ramené que la désorganisation au Mouloudia. Il aurait dû se présenter pour voir sa popularité comme il le déclare à chaque fois. Omar, cette fois, on ne te lâchera pas jusqu’à ce que tu partes.»

Ferhi : «Ghrib pars,si tu aimes le MCA»
«On est venus pour exprimer notre mécontentement contre Omar Ghrib. Il a parlé d’anciens joueurs qui ont fait sortir toute l’Algérie, vous étiez dans la rue à ce moment-là. Part si tu aimes le Mouloudia.» 

Betrouni : «Je lance un appel au président Bouteflika qui est 
le 1er supporter du MCA pour sauver ce club»
En 1975, l’Algérie avait joué en finale des Jeux méditerranéens organisés en Algérie contre la France. Betrouni à la dernière minute du match avait marqué le but de l’égalisation et c’est lui qui avait marqué le 3e but contre Hafia Conakry en 1976, ce même betrouninous dira au sujet de sa présence hier à El-Kitani : «On a répondu à l’appel des supporters. On a vu des personnes qui venaient nous supporter dans les années 1970. Nous sommes venus pour dire à cette personne de partir et de laisser le Mouloudia à ses enfants et que si tu aimes vraiment le Mouloudia, tu dois te retirer. Aujourd’hui, il y avait 5 000 supporters et on continuera jusqu’au bout. Nous sommes partis à la FAF, on nous a renvoyés au MJS. Ce dernier nous a aussi dit qu’il ne pouvait rien faire pour nous. Je lance un appel au président de la République qui est un supporter du MCA et je lui demande de sauver le Mouloudia.»

Drif : «Le peuple du Mouloudia veut Loungar»
«La voix populaire c’est la voix de Dieu, le peuple du MCA demande M. Loungar. Il veut le changement. Le printemps du Mouloudia est arrivé. Quand il y a un sit-in organisé, une foule extrêmement importante, je ne peux pas ne pas apparaître. C’est mon droit d’être à leur côté. J’ai parlé avec eux, j’ai rencontré les anciens joueurs et les anciens dirigeants et ça m’a fait un grand plaisir de se retrouver entre Mouloudéens. Un monde avide de changement qui veut Loungar.» 

Sid-Ali Aouf : «Il faut respecter la vox populi»
Il était bien présent avec son papa pour crier haut et fort comme les milliers de Chnaoua que le Mouloudia d’Alger veut le changement.  Il faut respecter la voix du peuple, c’est ce qu’exprimait cette phrase qu’a lâchée Sid-Ali Aouf hier dans la foulée en déclarant : «Il faut respecter la vox populi.»

Kamel Aouf :«On demande à l’Etat de rendre le MCA à ses enfants»
«En tant que fils de celui qui a créé le Mouloudia, je me devais d’être présent. On nous a contactés Djaout et moi ainsi que Djazouli pour montrer à tout le monde que le Mouloudia a toujours ses enfants. On demande à l’Etat de rendre le doyen des clubs algériens à ses enfants légitimes.»

Djaout : «Les voyous vont disparaître du MCA»
«On a répondu présents à l’appel des supporters. On est les enfants du Mouloudia et c’est tout à fait normal qu’on soit présents. On remercie tous les fans qui nous ont accueillis chaleureusement et nous allons tout faire pour que ces voyous disparaissent de ce grand club. Le sit-in d’aujourd’hui n’est qu’un début. On va continuer jusqu’au bout.»                                                       M. A. Z.


Les démissions actées : Ghrib n'a pas le droit de gérer

Compétition a toujours fait le maximum pour rapporter fidèlement l'information. En publiant le bilan, ça a fait tomber des masques. Aujourd'hui, on s'est procuré le document que le notaire avait établi quand il a reçu les démissions. Cela veut dire que Ghrib n'a pas le droit de gérer. Nous publions avec cet article l'acte notarié qui confirme que le conseil d'administration n'a plus le droit de gérer, puisqu'il est démissionnaire. Certes, ils sont actionnaires, mais ne peuvent pas gérer, car ils ont présenté leurs démissions du conseil d'administration. Ce qui veut dire que Ghrib n'a pas le droit de recruter, n'a pas le droit de gérer et n'a pas le droit de parler au nom du CA, car il n'en fait plus partie. Quant à Abdelkader Bouhraoua, il reste président du CA. Il faut que l'AG des actionnaires provoque une assemblée élective pour mettre en place un nouveau conseil d'administration. Ce qui n'a pas été fait. Donc, tant que les membres de l'assemblée des actionnaires n'ont pas désigné un CA, Ghrib n'a pas le droit de recruter. C'est la loi et, normalement, personne ne peut être au-dessus de la loi. Le passage en mode professionnel doit se faire selon les règles de l'art. Chaque société par actions se doit de respecter le code du commerce. Alors, un démissionnaire est interdit de gestion.                       A. Z.