Mellah dit ses vérités «Je n’ai même pas un local et on veut que je rachète le MCA»
Mellah dit ses vérités «Je n’ai même pas un local et on veut que je rachète le MCA»

Publié le : par : Chahrazed A.
  • Agmenter la police
  • Diminuer la police
  • Rétablir la police
  • Partager sur :
  • Recommander sur :

Comme nous l’avions annoncé dans notre dernière édition, les responsables du MCA ont parlé d’un éventuel investissement que ferait le «GROUPE NESKANE AND GROUPE MELLAH» appartenant à Djaâfer Riadh Mellah et son épouse.

Mellah dit ses vérités  «Je n’ai même pas un local et on veut que je rachète le MCA»
Désirant avoir de plus amples informations sur cette éventualité, nous avons pris attache avec le concerné qui revient sur son probable investissement au Mouloudia.

Qui est Djaâfer Riadh Mellah ?
«Ma famille possède une société pharmaceutique depuis 2007, qui est actuellement sous les commandes de mon frère Nabil. En ce qui me concerne, en 2008, j’ai décidé de me retirer de l’entreprise familiale, puisque mon épouse et moi avons créé la société «POLARIS», dont je suis le représentant officiel, qui active dans le domaine de la protection des marques», s’est-il présenté avant d’aborder l’actualité qui l’a mis sur le devant de la scène quand Ghrib annonçait qu’il est le futur repreneur du club. 

«Mes contacts avec le Mouloudia datent de 7 mois»
A ce propos, Mellah a tenu à rappeler que «cela fait sept mois déjà que je suis en contact avec les dirigeants du  MCA. J’ai eu des discussions avec Rafik Hadj Ahmed qui m’a certifié que l’objectif principal de notre éventuelle collaboration se fera dans le but de créer le journal le Doyen, mais aussi des magasins spécialisés dans la vente des articles et produits dédiés exclusivement aux Mouloudéens. En cours de route, le discours a changé et a pris d’autres proportions puisqu’on m’a proposé de racheter les actions de la SSPA/ MCA», avoue-t-il. «Ma réponse était claire à ce sujet puisque j’ai jugé que je n’avais guère les moyens pour m’adjuger un club de l’ampleur du MCA. On a avancé un chiffre énorme, on parle de 75 milliards. C’est énorme pour moi. J’ai évidemment refusé. Je leur ai dit que je n’ai pas ces moyens, moi, qui commence à peine à économiser de l’argent, et ce, grâce à mon épouse, et, je tiens à le souligner, afin de m’acheter un local puisque, à l’heure actuelle, je suis toujours locataire. Alors, comment voulez-vous que je puisse me permettre un tel luxe», a-t-il expliqué, perplexe par le rôle que Ghrib et compagnie voulaient lui faire endosser alors qu’il n’a rien demandé.
«On m’a dit :donne 7 milliards et le MCA sera à toi»
Toujours au cours de l’entretien, Djaâfer Riadh Mellah nous a révélé qu’après cette première ébauche les responsables du MCA ont refait surface pour lui faire une autre proposition : «Après la première tentative qui a échoué, les responsables mouloudéens m’ont recontacté pour me faire une autre proposition qui était de donner les 7 milliards qu’allait donner Loungar, st qu’à partir de cet instant, le Mouloudia m’appartiendrait. Je ne vous cache pas que, voyant les choses sous cet angle, je me suis dit que c’était peut-être possible, surtout que Omar Ghrib, Rafik Hadj Ahmed, Bouhraoua et l’avocat du club m’ont accordé beaucoup de facilitations», a-t-il dit.

«Moi, signataire ce jeudi, c’est du n’importe quoi !»
D’ailleurs, juste après cette discussion, Omar Ghrib, le coordinateur du MCA, a vite annoncé aux supporters que ce jeudi Mellah, le nouvel investisseur, signera l’accord. Une déclaration qui a étonné le concerné lui-même. «C’est du n’importe quoi, puisque je n’ai abordé le point de la signature avec personne, et puis, après mûre réflexion, je vois que c’est impossible de s’adjuger le MCA puisqu’il faut étudier tout le dossier. Je me suis aussi rendu compte que le bilan n’était pas certifié et que tout cela nécessiterait une procédure très longue à suivre. En plus de tout cela, je ne reste qu’un petit investisseur qui ne peut en aucun cas faire long feu au Mouloudia. Et pour faire court, aucune signature n’aura lieu ni jeudi ni autre jour», a-t-il ajouté.

«Je n’aurais rien fait sans la bénédiction des Chnaoua»
Djaâfer Riadh Melah nous a par la suite confié : «En tout cas, même si je devais entreprendre quoi que ce soit au Mouloudia, je ne l’aurais jamais fait sans le consentement et la bénédiction de ses supporters qui, pour moi, sont une partie indissociable du Mouloudia et que toute décision prise pour l’intérêt du Mouloudia doit passer par eux, qui ne tardent jamais à montrer leur soutien et leur amour pour le Doyen à chaque fois que l’occasion se présente.»

«J’aimerais bien rencontrer Loungar» 
Avant de conclure notre entretien, notre interlocuteur a tenu à ajouter : «Je suis vraiment désolé de voir l’état dans lequel se trouve le MCA, ce club cher à mon cœur. 
Je tiens à dire que, pour moi, Eddir Loungar est l’homme qu’il faut au Mouloudia puisque, en aucun cas, je ne pourrais me mesurer à lui. Aussi, je ne vous cache pas mon souhait de le rencontrer et, à partir de maintenant, je lui propose ouvertement mon aide dans le cas où sa venue au MCA se concrétiserait.»
Ch. A.

Mohamed Laksas : «Je ne peux pas trahir la famille mouloudéenne»

La polémique concernant  l’investissement  que «comptait» faire Djaâfer Riadh Mellah au Mouloudia a fait sensation au sein de la famille du MCA au point que nous avons pris attache avec la personne qui a rendu publique cette information, qui n’est autre que Mohamed Laksas, responsable du site Mouloudia.org.

Notre interlocuteur est revenu sur l’affaire Mellah en nous déclarant : «C’est moi qui suis à l’origine du démenti concernant l’éventuel investissement de Mellah puisque c’est le frère de Djaâfer en personne, Nabil Mellah, qui m’a appelé avant-hier soir à 23h30 pour m’informer que ni lui, ni son frère, ni aucun membre du leur famille n’allait prendre le Mouloudia et que tout cela n’est qu’une simple spéculation.» «Je tiens à souligner que certains membres du CA m’ont proposé de ne pas divulguer ce démenti, mais mon éducation et mes principes ne me permettent pas de duper ni la famille mouloudéenne ni ses supporters puisque, pour moi, faire l’impasse sur une telle déclaration était comme une trahison envers tout le peuple mouloudéen» a-t-il conclu. 
Ch. A.

Il compte appeler Loungar
Bouhraoua : «Les démissions seront prêtes aujourd’hui»
Le président du CA, en l’occurrence Abdelkader Bouhraoua, a décidé de mettre fin à tout ce qui a été dit sur les investisseurs annoncés par Ghrib.
hier, dans une conversation téléphonique, le CA, qui semble dégoûté par ce qui se passe dans la maison mouloudéenne, a décidé de passer à l’action. Bouhraoua compte réunir en urgence aujourd’hui les membres du CA pour qu’ils lui remettent les démissions afin de permettre au patron de la LM Holding de finaliser la transaction chez le notaire : «A mon âge, je subis une forte pression de part et d’autre. Je crois que c’est le moment de démissionner, car c’est le souhait de tous les supporters du Mouloudia. Je ne vous cache pas que j’ai essayé d’appeler Loungar juste après la marche des supporters, car, en tant que personne sage, je suis contre ces problèmes. J’ai les démissions de quatre membres et demain je vais appeler les autres pour qu’ils préparent les leurs. A ce moment-là, je vais appeler Loungar pour lui demander de venir en urgence pour passer à l’action afin de calmer les esprits. Le Mouloudia est un patrimoine national qu’on doit préserver», dira Bouhraoua.
Si cela se confirme, la fin du CA sera connue avant ce vendredi, ce qui permettra à Eddir Loungar de prendre les rênes du club et préparer la saison prochaine.
M. Z. 

Il a remis hier sa démission à Bouhraoua Abdelouahab : «Qu’on ne cite plus mon nom à tort et à travers»
Après être passé chez le commissaire aux comptes avec Bouhraoua, il a confirmé que la situation était alarmante. 
Kamel Abdelouahab en a marre de voir son nom revenir, alors qu’il se dit démissionnaire depuis mai 2010. Il espère, avec cette intervention, mettre les choses au point, car, désormais, il ne fait plus partie du CA : «Il faut que tout le monde sache que le 18 octobre 2010, j’avais démissionné. On m’avait demandé de patienter jusqu’à la réorganisation générale. J’ai confirmé ma démission telle que convenu lors de la réunion du Hilton. Je ne suis pas membre du CA. D’autant plus que j’étais représentant du CSA, et, compte tenu que les problèmes qui existaient entre M. Amrous et M. Zedek ont été régularisés, le président du CSA se doit de désigner le ou les membres du CSA devant siéger ès qualités au niveau du conseil d’administration de la SSPA/MCA. La fonction que j’exerce est une fonction purement administrative. Je souhaiterais qu’on ne cite plus mon nom, car je ne suis plus dans le conseil d’administration depuis début mai 2010. Ma démission est chez Bouhraoua et je n’ai jamais été contre le changement.»

Aït Adjadjou, c’est du pipo
Ce n’est un secret pour personne,  l’ambassadeur d’Algérie à Rome, Rachid Marif, est accusé de soutenir Omar Ghrib pour bloquer l’investisseur franco-algérien, Eddir Loungar. 
Dans l’une de nos éditions, nous avons mentionné que Marif a proposé un investisseur franco-algérien qui n’est que le patron de la société pharmaceutique Mustapha Adjadjou. Tous les moyens sont bons pour saboter Loungar, mais pendant deux jours nous avons fait notre recherche sur cet investisseur qui, finalement, n’a pas du tout le poids pour s’investir au MCA. La société de Mustapha Adjadjou a été déclarée en faillite depuis un an. Ce qui montre que cet investisseur c’est du pipo et c’est juste une façon de dissuader la venue de Loungar. 
Le peuple du Mouloudia a compris les manouvres et il a décidé de maintenir cette pression jusqu’au jour de la victoire qui s’approche, car Ghrib et ses patrons n’ont plus le choix devant le peuple qui veut le changement avec Eddir Loungar et personne d’autre.
M. Z.

Que voulez-vous M. Ghrib ?

De jour en jour, le doyen des clubs algériens plonge dans la nasse. Omar Ghrib avec ses combines confirme une énième fois qu’il n’est pas près de lâcher le MCA pour tout l’or du monde. Cet entêtement pourrait générer de graves incidences et chacun doit connaître le bon temps pour quitter la scène.

Pourquoi pas Eddir Loungar ? Pourquoi le patron de la LM Holding dérange autant ? Serait-ce parce que c’est le seul qui a montré qu’il est capable de reprendre la société ou il y a autre chose qui reste enterré ? Le peuple du Mouloudia d’Alger a compris. Il sait désormais que Ghrib ne veut pas le changement, car, tout simplement, il se trouvera du jour au lendemain dans l’ombre. Le pouvoir monte à la tête, et en trois années, Ghrib a vu et a vécu tout cela et ne peut pas lâcher. Car, il perdra tout.
C’est le 5e jour de sit-in, le peuple campe sur sa position. Il ne veut plus de vous au Mouloudia d’Alger. Ce peuple en a marre des mensonges à la pelle. Il en a ras-le-bol du bricolage. Il a dit : «Je veux le changement», ce Mouloudia d’Alger est un patrimoine national défendu par des millions d’Algériens et quand ce peuple demande votre départ, il faut exécuter. M. Ghrib, vous avez dit, le 6 avril, une grande surprise débarquera, jusqu’à aujourd’hui, personne n’a rien vu encore. 
Vous avez assuré que les Qataris vont mettre le paquet et rien à l’horizon. Vous avez dit que le 30 mai il y aura un vrai investisseur. Les Mellah démentent et assurent qu’ils n’ont pas les moyens pour investir chez le doyen des clubs algériens. Vous avez dit non ce n’est pas Nabil, mais plutôt Djaâfar Mellah et, enfin de compte, ni l’un ni l’autre. Que voulez-vous M. Ghrib ? Le peuple est en ébullition. Il ne veut rien sauf votre départ. Pourquoi vous obstinez-vous à rester ? Défendez-vous l’intérêt du Mouloudia d’Alger ou le vôtre ? Ce qui est certain, le peuple ne veut plus vous voir ni avoir affaire à vous et on peut le lire dans les banderoles : «Omar ! Dégage…»
M. Z.

Après Ghrib : Hadj Ahmed, l’autre cible du peuple du Mouloudia 

Dans notre édition d’hier, on a parlé du nouvel investisseur de Ghrib et Hadj Ahmed. Tout le monde a pu lire que c’est la société NESCAN and MEZARI du Groupe Mellah spécialisée dans la parapharmacie. Il s’est dit même que ce groupe est prêt à placer 60 milliards pour reprendre la SSPA/MCA. 
Dans la soirée d’avant-hier, Nabil Mellah, l’un des dirigeants de ce groupe, a démenti l’information sur Mouloudia.org. Il avait fait de même quand on l’avait contacté dans la journée d’hier. Nabil Mellah, qui est un fervent fan du Doyen et ne le cache pas, a fait savoir que l’investissement dans le monde du foot n’est pas dans leurs plans. Les supporters ont eu vent de tout cela et la colère a atteint son summum. Rafik Hadj Ahmed est pointé du doigt. En ce qui concerne Ghrib, ce n’était pas une grosse surprise dans la mesure où ce dernier n’est plus crédible aux yeux des milliers de Chnaoua depuis un moment. Mais le bénéfice du doute a été tout de même donné au chargé de sponsoring et de marketing jusqu’à ce que tout le monde entende le démenti de Nabil Mellah qui a mis fin au délire de Ghrib et de son bras droit. Dans la matinée d’hier, tout le monde ne parlait que de cette affaire. Tout le monde ne comprenait pas pourquoi ces gens-là continuaient à faire leur cinéma. Pourtant, celui qui prétend mettre au-devant l’intérêt du Mouloudia d’Alger aurait pu dérouler le tapis rouge à Eddir Loungar. Car, depuis que le patron de la LM Holding est venu proposer son projet, aucun des membres du CA n’a critiqué ledit projet. Il y a eu des tentatives pour salir l’image d’Eddir Loungar en faisant parler des gens afin de mettre en doute l’intégrité de cet homme d’affaires qui ne voulait que, avec son savoir-faire, donner un coup d’éclat à ce club qui a pris beaucoup de rides à cause de l’incompétence de ses administrateurs qui l’ont mené à la faillite. Pour continuer à berner les gens et du même coup tenter de gagner du temps, Omar Ghrib et son bras droit, en l’occurrence Rafik Hadj Ahmed, assurent à qui veut l’entendre que c’est avec Djaâfar, le frère de Nabil Mellah, qu’ils ont eu une réunion. Une autre alternative pour tromper les gens. Car un événement aussi grandiose que la reprise de la SSPA/MCA ne pouvait se faire quand même avec Djaâfar sans que tous les autres Mellah ne soient pas au courant. Le peuple du Mouloudia d’Alger est en colère. Il ne fait plus confiance à ce CA qui n’arrête pas de collectionner les erreurs. Ce conseil d’administration qui devait être la vitrine du Mouloudia est devenu le moins crédible et il est montré du doigt. Cette énième tromperie de Ghrib a mis en rogne un public qui était déjà en ébullition. A ce rythme, l’inconscience de ce groupe de membres du CA engendrera des faits très néfastes, car la rue est en bouillonnement et le «mérite» renvient en particulier à Ghrib et Hadj Ahmed qui auront été les auteurs de cette tromperie de l’investisseur Mellah.
M. A.